French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Un veau attaqué : le loup est-il arrivé en Meuse ?

Un veau attaqué : le loup est-il arrivé en Meuse ?

Un veau attaqué : le loup est-il arrivé en Meuse ?

Article publié par Le Républicain Lorrain jeudi 24 mai 2012

Un veau a été sauvagement attaqué ce week-end à Contrisson, près de Bar-Le-Duc. Par le loup ? L'hypothèse n'est pas écartée. La préfecture de la Meuse n'est pas encore en mesure d'infirmer ni de confirmer l'information. « Tout ce que nous pouvons dire, c'est que l'office national de la chasse et de la faune sauvage a été saisi et nous attendons les conclusions de son rapport d'expertise », se contente de déclarer le cabinet du préfet.

Reste que les faits laissent planer le doute. Un veau de 25 jours et d'une soixantaine de kilogrammes a été retrouvé dévoré dimanche matin par ses éleveurs, Marie-Elise et André Schuster, dans un de leurs champs, à Contrisson, tout près de Bar-le-Duc : « Il nous est déjà arrivé de trouver des carcasses de veaux morts accidentellement puis dévorés par les renards. Mais là, cela ne ressemblait à rien de ce que nous avions encore vu », raconte l'éleveur de bovins, à la tête d'un cheptel de 200 bêtes. « Il ne restait plus rien. Ni organes, ni cuir. Juste la tête et les os de la colonne et des pattes. Même le vétérinaire était très étonné », poursuit l'exploitant.

Pour le couple, seules deux hypothèses peuvent expliquer ces faits : « Des chiens errants, ou le loup. » Aucun signalement de la présence des premiers n'a été enregistré sur le secteur. Quant à l'avancée du second, on la sait inexorable.

Dissuader l'assaillant

D'abord signalée en avril 2011 sur les hauteurs du massif vosgien, l'espèce protégée a ensuite perpétré plusieurs massacres dans la plaine, à l'ouest du département des Vosges, dans le secteur de Grand, près de Neufchâteau. Contrisson est situé à environ 80 km au nord-ouest de ce secteur. « Il n'y a pas de moutons par chez nous. Le loup se serait rabattu sur ce que nous avons de plus fragile », commentent les éleveurs.

Pour la préfecture des Vosges, les preuves formelles de la présence de plusieurs canis lupus se limitent à deux. Pour plusieurs spécialistes, le nombre est plus important. En attendant d'en savoir plus, les Schuster ont pris la décision de mettre un taureau au milieu du troupeau. Histoire d'essayer de dissuader l'assaillant.

Ph. M.