French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse 139 victimes du loup dans les vosges en un an

139 victimes du loup dans les vosges en un an

Vosges : le loup frappe à nouveau

Article publié par le Républicain Lorrain le 4 mai 2012

La trêve des confiseurs est terminée dans les Vosges. Le ou plutôt les loups, qui ont pris quartier dans le massif l'an dernier, ont de nouveau sévi. La scène de désolation a été découverte hier matin à La Bresse, alors que les troupeaux sont sortis des bergeries depuis environ quinze jours. « En allant voir mes bêtes, j'ai trouvé de la laine et de la peau par terre. Puis j'ai découvert le cadavre des deux agneaux », raconte Jean-Yves Poirot qui a aussi constaté la disparition de deux autres agneaux. Le Bressois, qui possède 350 bêtes, avait déjà été l'an dernier l'éleveur le plus touché, déplorant à lui seul la perte de 38 brebis et agneaux ainsi que d'un poulain. Présente sur les lieux, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage a procédé aux constatations d'usage. Les résultats des expertises diront si le crime peut être attribué au grand canidé. Si cela était le cas, cela porterait à 139 le nombre d'animaux tués par le canis lupus depuis avril 2011.

Cette première prédation marque le retour d'un dossier épineux à gérer pour la préfecture des Vosges. « Aucune mesure n'a été prise », s'emporte l'éleveur, désormais connu pour être le plus virulent du massif. La période consacrée aux tirs d'effarouchement n'a rien donné et les éleveurs attendent avec impatience l'autorisation des tirs de défense. « Nous attendons toujours des nouvelles de la mise à disposition d'un aide berger. L'an dernier, nous avions pu nous le partager entre cinq éleveurs. Quand j'ai dit ça aux autres régions françaises touchées, tout le monde s'est moqué. Il paraît qu'on a droit à un aide berger pour 280 brebis. » L'éleveur souhaite aussi acquérir un chien Patou, pour surveiller les troupeaux : « La préfecture m'avait assurée de son aide, estimant que l'investissement n'était pas énorme. Mais j'attends toujours les crédits. »

Ph. M.