French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Un loup abattu hier dans les Hautes-Alpes

Un loup abattu hier dans les Hautes-Alpes

Un loup abattu hier dans les Hautes-Alpes

Article publié dans la Provence, dimanche 14 août 2011

Pour les éleveurs d'ovins, "un bon loup est un loup mort !" Alors, ils apprécieront le tir réussi par l'un des leurs, hier, à 13 heures, dans le Bois Rond, sur la commune de Saint-Etienne-en-Dévoluy. Le prédateur a été abattu en toute légalité, dans le cadre d'un tir de prélèvement - traque et abattage - autorisé le mois dernier par la préfète des Hautes-Alpes.

À la suite de nouvelles prédations constatées le 28 juillet dernier, un arrêté préfectoral autorisant la réalisation d'un tir de prélèvement a été pris le 29 juillet pour la protection des troupeaux, sur St-Etienne-en-Dévoluy et Agnières-en- Dévoluy.

"Hier matin, vers 6h30 un éleveur a observé un loup à proximité immédiate du parc de nuit de l'alpage du col de Rabou. Cet animal a été vu de nouveau vers 8 heures alors qu'il se dirigeait vers le secteur du Bois Rond", précisait hier soir la préfecture avant d'ajouter : "Le lieutenant de Louveterie, informé par les éleveurs, alertait l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) pour l'organisation d'une battue dans le secteur sécurisé par ailleurs par la gendarmerie. Quelques chasseurs désignés par arrété prefectoral ont participé à l'opération qui a débuté vers midi en partant du flanc ouest du Bois Rond en direction du col de Rabou. Vers 13 heures le loup a été aperçu à 200 mètres environ de la bergerie du vallon de Barges et a été tué d'un seul coup de feu. Il s'agit d'un mâle subadulte."

Le cadavre a été acheminé au laboratoire de l'ONCFS à Gap. Pour l'anecdote, il faut retenir que cette bête a commencé la mue de son pelage et qu'il "n'est pas très beau à voir." C'est le 2e loup abattu dans les Alpes après le tir d'un premier animal le 3 août dernier dans le Vercors drômois. Il s'agissait d'un tir de défense, c'est-à-dire une autorisation individuelle accordée à un éleveur pour protéger son troupeau.

C'était un jeune mâle de 27,5 kg qui a été tué par un louvetier. Huit loups peuvent être abattus cette année dans l'arc alpin, six peuvent donc encore être tirés. À la date du 5 août, on dénombre 76 attaques ayant occasionné la mort de 342 ovins dans les Hautes-Alpes.

Le bilan est plus sévère encore dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 104 attaques et 403 ovins tués, et le loup est impliqué ou soupçonné dans 86 d'entre elles. Dans les Hautes-Alpes, de nouvelles pertes sont intervenues depuis le 5 août, dont celle de deux veaux à Ristolas, et le loup est bien sûr soupçonné.

Du côté des chasseurs qui fourbissent leurs armes en vue de la prochaine saison de chasse, en septembre prochain, le ras-le-bol du loup monte d'un cran. "Nous n'avons bientôt plus de mouflons et de chevreuils" déplore Jacques Chevalier, président de la fédération départementale de chasse.

Maurice FORTOUL