French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité Christian Estrosi soutient le pastoralisme

Christian Estrosi soutient le pastoralisme

Christian-EstrosiLe président du Conseil régional PACA a annoncé début octobre, à l'occasion d'une visite à Colmars, plusieurs mesures destinées à soutenir le pastoralisme et qui correspondent exactement à ce qu'Eleveurs et Montagnes lui avait demandé. On peut dire qu'enfin, nous avons été entendus !

Christian Estrosi s'était engagé à soutenir le pastoralisme et a débloqué des crédits supplémentaires au niveau du Conseil régional PACA. C'est chose faite ! Il vient d'annoncer plusieurs mesures qui correspondent exactement à ce que l'associaiton E&M avait demandé dans un dossier qu'elle lui avait adressé. Pour les éleveurs, c'est un véritable pas en avant dans la reconnaissance de l'importance du pastoralisme, de la filière au niveau régional et dans la prise en compte de ses difficultés. Et pour Eleveurs et Montagnes, c'est la satisfaction d'avoir été enfin entendus par des élus et de voir des engagements tenus. Eliane Barreille, vice-présidente du Conseil régionale était venue nous le dire à l'occasion de notre assemblée générale, à Sisteron, en avril 2016 (notre photo ci-dessous), nous rapportant la détermination du président de Christian Estrosi à agir contre la prédation des loups. On peut vérifier aujourd'hui qu'il ne s'agissait pas de vaines promesses.

DSC 0177 light

Gagner la bataille de la communication

Un budget supplémentaire va être consacré à sensibiliser le grand public à l'importance du pastoralisme. Après les sommes colossales dédiées à la défense du loup, la propagande instillée depuis des années dans le grand public, les écoles, on sait que la bataille se gagnera d'abord sur le terrain de la communication. On a consacré des millions d'euros à convaincre les gens que les loups étaient de braves bêtes et les éleveurs d'horribles tueurs d'animaux. Cette vision carricaturale n'avait pas de contrepartie, les éleveurs n'ayant jamais obtenu les moyens de montrer leur vision des choses. Il semblerait qu'une page se tourne aussi de ce point-de-vue là.

Cette annonce coïncide également avec une mobilisation croissante de nombreux maires de la Région PACA qui n'en peuvent plus de voir les dégâts causés par les loups et qui se fédèrent en association. Eleveurs et Montagnes sera bien entendu mobilisée à leurs côtés.

 

Loup : Des drones au secours des éleveurs de moutons

Une assertion applaudie par l'assemblée d'éleveurs attirés par l'annonce de mesures en faveur d'une activité qui, pour Magali Surle-Girieud, maire de la commune, contribue à faire perdurer cette architecture du paysage, véritable atout du capital touristique local.
Tour à tour, Francis Solda pour la Fédération régionale ovine du sud-est, Michel Margaillan, pour la Chambre d'agriculture des AHP, Cédric Girard, président cantonal des jeunes agriculteurs, Mickaël Sabinen, FDSEA, éleveur à Lure, diront le désarroi des éleveurs.
Jusqu'au cri de Gaël Essautier, un jeune agriculteur bas alpin : « Ce n'est pas le métier dont je rêvais. Je n'élève pas des moutons pour servir de garde-manger au loup ».
Des éleveurs encore plus courroucés en entendant Jean-Louis Blanc délégué interrégional de l'Office de la chasse et de la faune sauvage affirmer que « le loup se porte bien en France » et qu'on ne sait pas le compter !Après avoir dénoncé « les souffrances du monde de l'élevage confronté a une véritable prolifération du loup », Christian Estrosi a confirmé une augmentation de la dotation consacrée au pastoralisme de 750 000 euros. De quoi financer davantage les opérations d'héliportage et autres aménagements des cabanes pastorales. La région va expérimenter l’utilisation de drones équipés de caméras thermiques afin de mieux repérer le prédateur lors des battues. « Il est fondamental de faciliter la traque pour renforcer l’efficacité des prélèvements ».
Par ailleurs, une cellule de juristes sera mise en place pour secourir les éleveurs attaqués en justice par des randonneurs victimes accidentelles des patous. La région PACA va aussi demander, avec le concours de la région Rhône Alpes, de la région du Piémont, de certains cantons suisses, un abaissement du niveau de protection du loup via une renégociation de la convention de Berne. « Le prélèvement de 36 loups est insuffisant, commentera Christian Estrosi. On évoque une population de 200 à 500 loups dans notre région. Il est urgent d'abaisser encore le niveau de protection du loup et augmenter les quotas de prélèvement ».Parmi les mesures moins spectaculaires, une campagne de promotion du pastoralisme à destination du grand public, des touristes et des randonneurs.
300 000 euros y seront consacrés. Une campagne de formation des offices de tourisme, des maires de communes pastorales afin qu’ils puissent à leur tour sensibiliser le grand public.
Christian Estrosi a évoqué aussi la création de meutes créancées sur le loup. « Nous étudions la possibilité d’accompagner les lieutenants de louveterie dans la création de meutes créancées sur le loup. Il s’agit de permettre au monde de l'élevage de disposer de chiens spécialisés à la traque du prédateur ». La région financera l'achat de lunettes thermiques mises à la disposition de la brigade de l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage créée pour lutter contre le loup et des lieutenants de louveterie « permettant d’accroître l’efficacité des agents et des brigades chargés des tirs de prélèvement de loup ».Autant de mesures saluées par une assemblée d'éleveurs tout acquise à cette bonne parole du président du conseil régional !

B. F.