French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité

Actualité

Groupe National Loup du 21 avril 2015

Communiqué de l'association Eleveurs et Montagnes du 22 avril 2015

Groupe National Loup du 21 avril 2015

 

Les représentants des éleveurs présents au Groupe National Loup, à Lyon, mardi 21 avril, ont unanimement refusé l’augmentation des indemnités proposée par l’Etat après des attaques de loups dans les parcs nationaux, rappelant que ce n’est pas d’argent dont les éleveurs ont besoin mais bien de mesures concrètes pour réduire la pression de la prédation.

Lors du Groupe National Loup du 21 avril 2015, les représentants des associations et syndicats d’éleveurs présents à Lyon, ont pour la première fois unanimement refusé de voir augmenter les indemnités versées lors des attaques de loups dans les parcs nationaux. L’association Eleveurs et Montagnes se félicite de la position commune de la profession. « Ils ont voulu acheter notre silence mais nous avons tous refusé en bloc. Aujourd’hui, nous ne voulons pas plus d’argent, nous voulons retrouver notre tranquillité !», a souligné Yves Derbez, président d’Eleveurs et Montagnes.

La mesure 323C couvrait 80% des pertes dues aux attaques en cœur de parc et la proposition de l’Etat était d’indemniser les pertes à 100%. « Il ne doit pas y avoir de différence entre les hommes et selon les secteurs », insiste E&M.

Les années passent et la prédation augmente sans que rien ne soit fait pour enrayer la prolifération des loups. « L’Etat joue la montre. Il nous propose encore de créer de nouveaux groupes de travail, constate Yves Derbez. Il faut arrêter ça. Nous ne savons plus quoi dire aux éleveurs qui subissent des attaques incessantes. » Sur le volet juridique, rien n’avance non plus. « Pour modifier la directive Habitat, on nous explique qu’il faudra du temps et que ce sera difficile, commente le président d’E&M. Mais ça, on le savait déjà ! »

Le prochain GNL est prévu pour le mois de mai.

 

 

La Routo

La Routo a pour ambition la mise en œuvre d’un itinéraire de randonnée, homologué GR®, basé sur les anciennes drailles de transhumance entre la plaine de la Crau et la vallée de la Stura. La vallée de l’Ubaye sera largement concernée, puisque l’itinéraire l’empruntera depuis Le Laverq jusqu’au Col de Larche, soit 5 des 26 étapes prévues. Le GR, d’une distance totale d’environ 480 km, sera entièrement balisé à l’aide d’une sonnaille, symbole de la transhumance, et inauguré au printemps 2017.
D’ici là, un important travail de mise en réseau des nombreux acteurs concernés, animé par la Maison de la transhumance (Salon-de-Provence) et l'Ecomuseo della pastorizia (Pontebernardo), devra être effectué. Il permettra de valoriser les filières agricole, gastronomique, touristique, artisanale, environnementale et patrimoniale associés à l’élevage pastoral de la vallée de l’Ubaye, en lien avec les autres territoires traversés par l’itinéraire. Un des objectifs est de proposer dans certains restaurants un menu ou une assiette La Routo, à base de produits issus des élevages de la vallée, ainsi que des hébergements et des sites culturels permettant de découvrir son formidable patrimoine pastoral.

www.larouto.eu

 

Non au COPIL sur les mesures de protection

E&M, l'Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère, l'Association Le Cercle (Lozère) et la Coordination rurale publient un communiqué commun pour dénoncer la tenue d'un comité de pilotage sur les mesures de protection et réclament l'application du plan loup et la révision du statut du loup au niveau européen.

 

"Nous, Association Eleveurs et Montagnes, Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère, Association Le Cercle (Lozère) et Coordination rurale ne participerons pas au comité de pilotage monté par le ministère de l'agriculture dans le cadre du Groupe National Loup et dont le seul objectif sera d'étudier les mesures de protection des éleveurs contre les loups.
Que nous proposera-t-on ? Encore plus de clôtures, encore plus de chiens ? Ça suffit ! Des efforts colossaux ont déjà été faits par les éleveurs. Sans aucun résultat !
Nous avons atteint cette année des records dans le nombre des victimes malgré la mise en place quasi systématique de ces mesures, d'une dramatique inefficacité. Renforcer les moyens de protection ou en ajouter d'autres ne servira à rien. La seule mesure efficace serait la révision des textes européens et l'exclusion des loups de toutes les zones d'élevage.
La régulation n'a été qu'ébauchée dans le cadre du Plan National Loup mais jamais mise en œuvre sérieusement. Les prélèvements prévus n'ont pas eu lieu.
Nous nous insurgeons par ailleurs contre la décision de procéder à une énième étude sur les mesures de protection réalisée aux frais des contribuables dans le seul but de faire perdre du temps aux éleveurs et de laisser les loups proliférer. Que le gouvernement commence donc par procéder aux prélèvements prévus par le Plan loup avant de nous faire perdre du temps et de l'argent en discussions et études stériles !"
Le 2 mars 2015

Association Eleveurs et Montagnes
Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère
Association Le Cercle (Lozère)
Coordination rurale

Tentative d'intimidation sur des élus du 04

Il ne fait pas bon prendre position contre le loup en ce moment. On risque de recevoir illico une lettre d'intimidation signée des défenseurs de l'animal ! C'est ce qui est arrivé à des élus des Alpes-de-Haute-Provence qui ont reçu la missive en question avec diffusion simultanée sur leur site internet en prime, histoire de bien les clouer au pilori ! Non mais ! Leur crime ? Tout simplement prendre la défense des éleveurs et vouloir empêcher que le loup ne détruise les troupeaux sur un territoire où les attaques sont quotidiennes et mettent en danger un grand nombre d'éleveurs... Autant dire inadmissible pour les adorateurs de l'animal pour lesquels rien d'autre ne compte que lui. Et comme si ça ne suffisait pas, les auteurs de la lettre (anonymes) se proposent d'aider les élus "à assumer leurs responsabilités", comme si les attaques, finalement, c'était de leur faute et qu'ils ne faisaient rien pour les empêcher...

 

Capture lettre cap loup

Les loups réintroduits à la demande du gouvernement?

Le gouvernement français a-t-il réintroduit volontairement les loups en France ? C'est ce qui ressort d'un témoignage"encombrant" publié dans le n°8 hors série de la revue "Grand gibier". Il fait état d'une rencontre entre Renaud Desgrées du Loû, organisateur de chasses, et le président des chasseurs de Mongolie, M. Buyandelger, en avril 1991. Ce dernier lui indique que des trappeurs sont en train de capturer des jeunes loups pour les exporter vers la France, à la demande du gouvernement.

Ce témoignage intervient quelques mois avant l'annonce de la réapparition "spontanée" des loups dans le parc du Mercantour et précède de peu l'adhésion précipitée de la France à la convention du Berne. Si tel est le cas, alors les loups français ne sont pas revenus "naturellement" et ne sont donc plus protégés par le convention de Berne... Cet article rouvre le débat et conforte ceux qui ont toujours trouvé suspecte cette réapparition. E&M demande donc au gouvernement de prendre les mesures qui s'imposent.

Grands-gibiers-2015-01-p1b

Plus d'articles...