French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité

Actualité

Opérations « Laissez-nous vivre »: Succès total

Capture logos

Les opérations « Laissez-nous vivre » organisées par l'association Eleveurs et Montagnes, la FRSEA, JA, la FNO, la FROSE et la Maison Régionale de l'Elevage, ont mobilisé les éleveurs les 21 et 22 juillet, au passage du Tour de France à Gap et en Ubaye. Cette opération est un succès total. Elle a eu pour effet de faire réagir l'Etat : les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement ont en effet annoncé leur intention d'obtenir le déclassement du loup de la convention de Berne.

Le 21 juillet, un millier d'éleveurs ont manifesté à Gap, avec leurs troupeaux, dans le calme. Une délégation d'éleveurs et d'élus a été reçue par les représentants de l'Etat en préfecture.

Le 22 juillet, des banderoles « Laissez-nous vivre » ont été déployées à Pra Loup et sur l'hôtel de ville de Barcelonnette. Des éleveurs ont accueilli le Tour de France à Pra-loup avec la même banderole filmée par l'hélicoptère du Tour à l'arrivée de l'étape. Ces images ont été diffusées sur France 2 à deux reprises. L'événement a également été largement commenté par les médias français et étrangers et sur les réseaux sociaux.

Les éleveurs tiennent à remercier les nombreux élus qui ont manifesté leur soutien au pastoralisme durant ces deux jours et notamment le maire d'Uvernet-Fours, Patrick Bouvet, sans lequel l'opération du 22 juillet n'aurait pu avoir lieu.

Ils remercient également les organisateurs du Tour pour leur soutien et tout particulièrement l'équipe de direction du Tour, Christian Prudhomme et Jean-Louis Pagès, les anciens champions Bernard Hinault, Laurent Jalabert, et le journaliste Gérard Holtz.

Les éleveurs restent mobilisés. Ils attendent que le plan loup soit appliqué et les 36 loups prévus abattus avant l'automne comme promis par Ségolène Royal aux responsables locaux et nationaux lors de l'entretien du 21 juillet en préfecture de Gap. S'il est essentiel pour la profession d'obtenir la hausse du prix de la viande, il est aussi important de lui permettre de produire une viande de qualité sans subir la prédation. Pour que vive le pastoralisme !

Communiqué commmun du 23/07/2015 à 16h30

L'opération Laissez-nous vive retransmise en direct sur France 2

Mercredi 22 juillet, les éleveurs ont accueilli les coureurs du Tour de France à Pra Loup (Alpes de Haute-Provence avec leurs bêtes et une banderole reprenant le slogan de leur mobilisation de deux jours: "Laissez-nous vivre". Ces images ont été retransmises en direct par France2 et diffusées dans le monde entier, donnant une visibilité sans précédent à leur combat. Des images également rediffusées et commentées après l'arrivée du Tour. Les éleveurs ont obtenu le soutien personnel de l'ancien champion cycliste Bernard Thévenet et du journaliste Gérard Holtz. Cette opération avait pour but de sensibiliser le grand public aux difficultés dues à la prédation qui met en danger leur profession.

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-1

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-7

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-6

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-5

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-4

 

operation-laissez-nous-vivre-prealoup-8

 

 

En PACA, les éleveurs réclament des moyens pour lutter contre le loup

En PACA, les éleveurs réclament des moyens pour lutter contre le loup

Article publié le 21 juillet par La Croix

Face à une recrudescence des attaques, les professionnels ovins de toute la région manifestent ce mardi 21 juillet à Gap (Hautes-Alpes) pour exiger de l'État des actions efficaces.

« Malgré les moyens de protection et une vigilance constante on se fait attaquer par le loup toute l'année. On ne sait plus quoi faire. » Jacques Courron, qui élève 450 brebis à Gourdon dans les Alpes-Maritimes, en a « ras-le-bol » du canidé.
300 loups en France

Malgré ses huit chiens patous et un aide-berger, ce berger de 36 ans a été attaqué vingt fois et a perdu 70 brebis en six mois. Comme nombre d'éleveurs ovins « à bout » de la région, il manifestera mardi 21 juillet au matin dans les rues de Gap (Hautes-Alpes), où le tour de France effectue sa journée de repos.

1 400 brebis convergeront vers la préfecture où une délégation espère être reçue. Le 22 juillet, les éleveurs sensibiliseront le grand public à l'arrivée de l'étape cycliste à Pra-Loup (Hautes-Alpes). « L'élevage est en train de mourir à cause du loup », s'alarme Yves Derbez, président de l'association éleveurs et montagnes.

Protégé par la convention de Berne et la directive européenne « Habitats », le loup réintroduit en France en 1992 a vu sa population tripler pour compter 300 individus. En 2014, 8 560 animaux ont péri sous les crocs du loup en France. Région la plus touchée, PACA concentre 559 des 679 attaques et 2 017 victimes sur les 2 600 recensées au premier semestre 2015. Les Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes-de-Haute-Provence demeurent les plus affectés.

Battues inefficaces

« À bout », les éleveurs demandent avant tout « des résultats » face à des battues inefficaces et des dispositifs de défense jugés trop peu réactifs. En 2014, seuls 19 loups ont été abattus alors que le seuil maximal s'élevait à 24.

Pour faciliter la lutte contre le loup, l'État relevé par décret le 30 juin 2015 ce seuil à 36 et assoupli les conditions pour obtenir des tirs de défense, valable toute l'année et durant cinq ans.

Les tirs de prélèvements (abattage) par le personnel assermenté, pourront eux être effectués durant les chasses au grand gibier, à l'affût, à l'approche ou en battue.
Annonce d'une « brigade d'appui aux éleveurs »

« Ces annonces vont dans le bon sens mais L'État doit mettre les moyens pour atteindre le chiffre de 36 dans les faits », exige Francis Solda, président de la fédération régionale ovine

Le 20 juillet, la préfecture des Hautes-Alpes a classé tout le département en unités d'actions. Ses éleveurs peuvent ainsi demander un tir de défense avant même d'être attaqué. Le 18 juillet, le ministère de l'écologie a indiqué la création d'ici à la fin août d'une « brigade d'appui aux éleveurs ».

Dix personnes affectées en priorité en PACA assisteront les éleveurs attaqués et participeront « aux opérations d'effarouchements voire de prélèvements ordonnés par l'État ». En outre, le ministère de l'Écologie va contacter les pays signataire de la Convention de Berne et la Commission européenne pour « adapter les modes de gestion du loup en fonction de l'importance de sa présence sur le terrain ».

Objectif : obtenir à un statut de protection moins contraignant, réclamé par les éleveurs arguant que le loup n'est plus en voie de disparition.

« Même si cela va dans le bon sens, dix personnes ne suffiront pas à quadriller une montagne. Les négociations de Berne prendront-elles beaucoup de temps », estime Jean Paul Compte, président régional des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA).
Corinne Boyer (à Marseille)

Royal demande l'assouplissement du statut du loup

17f6dea1933a120a7f1b086044baeb2a LUne délégation de 25 personnes, élus et syndicalistes de la région Paca et Rhône-Alpes, a été reçue hier en préfecture par des conseillers des ministres de l'Agriculture et de l'Environnement. La ministre Ségolène Royal s'est entretenue avec la délégation par téléphone durant une vingtaine de minutes. La ministre leur a annoncé qu'elle avait écrit aux représentants de la convention de Berne afin que le loup ne soit plus considéré comme "strictement protégé" mais "protégé" comme en Espagne.

"Cela permettra d'assouplir et de rendre plus efficace et rapide les prélèvements" a indiqué à "La Provence" un proche du ministre. Pour que ce changement de statut ait lieu il faut l'accord des deux tiers des signataires de la convention.

Source: La Provence du 21/07/2015

Opération « Laissez-nous vivre »

Mardi 21 et mercredi 22 juillet, les éleveurs se mobilisent au passage du Tour de France.

A l'initiative de l'association Eleveurs et Montagnes, de la FRSEA, JA, la FNO, la FROSE et de la Maison Régionale de l'Elevage, les éleveurs se mobilisent à l'occasion du passage du Tour de France à Gap et en Ubaye, les mardi 21 et mercredi 22 juillet. Les opérations « Laissez-nous vivre » dureront deux jours et sensibiliseront le grand public à la détresse d'une profession profondément ébranlée par les attaques de loups. Plusieurs manifestations et événements vont se dérouler à Gap et à Pra Loup pour alerter l'opinion publique sur la gravité de la situation et obtenir des actions concrètes de l'Etat et de l'Europe.

Mardi 21 juillet à Gap

Le 21 juillet au matin, à Gap, deux troupeaux convergeront vers la place de la préfecture où une délégation sera reçue vers 11h par les représentants de l'Etat. Une conférence de presse sera organisée à l'issue de cette réception, en présence de Xavier Beulin (président FNSEA), Michèle Boudoin (présidente FNO), Ludovic Rouvière (JA), des maires de différentes communes de la région PACA et Rhône Alpes et de parlementaires. Après un déjeuner sur place, les éleveurs, habillés de noir en mémoire des 9000 victimes du loup de l'année dernière, resteront à la disposition du grand public pour répondre à ses questions.

Mercredi 22 juillet, en Ubaye

Le 22 juillet, les actions de communication destinées au grand public continueront dans la vallée de l'Ubaye et à Pra Loup, dont certaines retransmises en direct par les caméras du Tour de France. Une délégation sera présente à l'arrivée de l'étape, à Pra Loup et échangera avec le public. Elle sera reconnaissable aux tee-shirts noirs au slogan de l'opération.
Les éleveurs remercient la marie d'Uvernet-Fours pour son soutien à ces opérations sans précédent.

Capture logos

Plus d'articles...