French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité

Actualité

500 bêtes tuées à Lavaldens

Notre ministre de l'écologie visite le parc des Ecrins pendant que nos bêtes meurent

L'association Eleveurs et Montagnes manifeste son soutien aux éleveurs de Lavaldens (Isère) dont plus de 400 moutons ont sauté dans le vide pour fuir les loups. Une attaque de plus, un véritable traumatisme qui laisse les éleveurs désemparés au moment où la ministre de l'écologie annonce sa venue dans les Hautes-Alpes pour rencontrer... les gardes du parc des Ecrins !
La gravité de l'attaque de Lavaldens (Isère), laisse sans voix les éleveurs, choqués, abasourdis par le silence qui les entourent, abandonnés à leur triste sort. Eleveurs et Montagnes s'élève contre le mépris, le dédain dont font preuve nos dirigeants à l'égard d'une profession qui se meurt dans l'indifférence générale.

Notre ministre de tutelle reste muet. Il n'est même pas demandeur d'information sur l'état de cette partie du monde agricole. Quant à notre ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, elle vient dans les Hautes-Alpes dans quelques jours. Pourquoi faire ? Du tourisme peut-être. Elle n'a même pas répondu à notre demande d'audience et n'a aucunement exprimé de souhait de nous entendre. Quelle urgence y a-t-il à rencontrer les gardes du parc national des Ecrins ?
On nous avait promis de la régulation à partir de 5 meutes installées. Aujourd'hui, on en recense officiellement 27 et on ne voit toujours rien venir. Et à quoi bon augmenter le nombre théorique de loups à prélever si c'est pour ne pas en prélever un seul ? A ce rythme-là, les éleveurs ne tiendront pas. Qu'attendent nos élus locaux pour manifester leur désaccord et leur solidarité à l'égard de notre profession ? Ont-ils évalué les conséquences pour eux de notre disparition ?
Veut-on des exploitations hors-sol, comme en Espagne, où les brebis ne lèchent même plus leurs petits, où les agneaux avalent du lait en poudre à des tétines en plastique, sans voir ni le moindre brin d'herbe ni le soleil ? Nous pensons que ce n'est pas cette viande-là que veulent les consommateurs.
Alors ne laissons pas disparaitre l'élevage en montagne. Réagissons. Avant qu'il ne soit trop tard.

Réunion GNL : E&M refuse de discuter des mesures de protection

Eleveurs et Montagnes ne participera pas à la prochaine réunion du Groupe National Loup, prévue mercredi 18 juin à Lyon, et qui doit être consacrée aux moyens de protection. "Il est inutile de discuter à nouveau de ces mesures, a indiqué Yves Derbez, président d'E&M. Jusqu'où ira-t-on ? Va-t-on demander aux éleveurs de construire des grillages électrifiés équipés de miradors? Ils ont assez fait d'efforts comme ça. Nous ne souhaitons pas qu'ils soient à nouveau accablés de mesures, toujours plus coûteuses et tout aussi inefficaces. Maintenant, c'est à l'Etat de faire le nécessaire pour appliquer le Plan national loup."

Une position commune des éleveurs face à la prédation

L'association Eleveurs et Montagnes a réuni des représentants des associations, syndicats et groupements d'éleveurs français à Sisteron, ce vendredi 13 juin. Ils annoncent un durcissement inévitable de leur position à court terme face à l'apathie des instances gouvernementales et à l'augmentation du nombre d'attaques

Syndicats, associations et groupements d'éleveurs ont répondu à l'invitation de l'association Eleveurs et Montagnes et se sont réunis à Sisteron, ce vendredi 13 juin, pour déterminer une stratégie commune sur le dossier de la prédation du loup en France. A l'issue de la réunion, ils ont fait la déclaration commune suivante : « Le durcissement de la profession à court terme est inévitable au vu de l'apathie des instances gouvernementales et de l'augmentation des attaques de loups. Nous demandons aux ministres de l'Agriculture et de l'Environnement de nous recevoir au plus tôt.

Nous demandons au député Christophe Castaner de tenir son engagement de désigner immédiatement un expert juriste indépendant pour étudier les conséquences d'une sortie du loup de la convention de Berne et de la directive Habitat.

Aucun compte-rendu du Groupe National Loup n'est adressé aux participants. Nous demandons que tous le reçoivent pour validation. Le GNL doit intégrer toutes les associations représentant des éleveurs, comme elle le fait pour les associations écologistes. Nous demandons que l'association Le Cercle notamment en devienne membre.

Nous exigeons d'être entendus par la plateforme européenne qui a été créée le 10 juin, sans concertation avec les éleveurs, de faire partie du groupe de travail qui va être mis en place, sans avoir à se soumettre à se soumettre à un accord de cohabitation, et d'être reçu par le commissaire européen, M. Potocnik.

Nous demandons que toutes les aides à la protection et les indemnisations soient financées sur le budget du ministère de l'Ecologie et non de l'Agriculture, et que la MSA prenne en compte la détresse et la souffrance psychologique des éleveurs. Nous refusons qu'on impose encore à la profession de nouveaux moyens de protection qui ont montré toute leur inutilité ou des chiens aussi inefficaces que dangereux. Nous serons solidaires de toute personne mise en examen pour avoir abattu un loup. »

Etaient représentés la Confédération paysanne, le Coordination rurale, la Fédération des Acteurs Ruraux, les Jeunes Agriculteurs 04, le MODEF, Syndicat ovin des Vosges, l'association Le Cercle, l'association Solidarité Pastorale, l'Association des éleveurs et bergers Vercors, Drôme, Isère, Bio Provence. Assistaient également à la réunion des groupements d'éleveurs et éleveurs venus de toute la région PACA, de la Drôme, l'Isère, la Lozère, des Vosges et de la Haute-Marne.

Les signataires de la déclaration commune

Yves-Louis Derbez, président d'E&M, Joseph Jouffrey (Coordination rurale 05), Nella Brun (FAR), Marie-Cécile Thomas (Coordination rurale 26), Christian Reynaud (05), Annette Jouvent (Eleveurs et bergers du Vercors), Jean-Yves Poirot (Syndicat ovin des Vosges), Denis Carel (83), Frédéric Bigard (CR 52), Pascal Pierre (Coordination rurale 38), Philippe Rayne (04), Jean-Claude Robert (Le Cercle - 48), Micheline Falcon (Solidarité pastorale 26), Pierre Bruin (Association Le loup dans le Haut-Diois), Serge Jossier (Confédération paysanne 84), Thomas Vernais (Confédération paysanne nationale), Antoine de Ruffray (Confédération paysanne 04), Alain Guibert (04)


Record d'attaques de loups dans les Alpes-Maritimes

Au 31 mai 2014, les Alpes-Maritimes ont subi 222 attaques de loups contre 165 l'an dernier, à la même époque. La population de loups est en augmentation de 19% et ce département concentre 40% des attaques recensées en France. Ces chiffres ont été annoncés mercredi 11 juin, par les participants au Comité départemental loup 06. Décision a été prise de procéder à la sécurisation juridique des chasseurs en battue et d'augmenter le quota de loups à abattre si les 24 prélèvements sont atteints, suite à ces chiffres particulièrement alarmants.

Table ronde le vendredi 13 juin : unis dans le combat contre le loup !

Eleveurs et Montagnes / Table ronde

Suite aux communiqués des syndicats majoritaires, l’association Eleveurs et Montagnes a pris acte que le 10 juin prochain le COPA-COGECA signera un accord de participation « à la plate-forme européenne sur la coexistence entre les populations et les grands carnivores ».

Eleveurs et montagnes prend également acte de la volonté de la FNSEA, FNO, JA et APCA, d’organiser une table ronde pour début juillet.

Eleveurs et Montagnes ne perd pas de vue que la problématique commune à l’élevage est la présence de grands carnivores sur la moitié de la France et plus particulièrement dans les Alpes du Sud. Conscient qu’au-delà du statut du loup et plus généralement celui des grands carnivores, c’est la maîtrise de nos territoires qui est en jeu, nous estimons qu’il est indispensable de rester unis dans ce combat.
En attendant une table ronde FNO / FNSEA / JA / APCA, Eleveurs et Montagnes maintiendra une réunion de concertation et de travail le vendredi 13 juin, à partir de 10h, salle de l'Alcazar, à Sisteron, afin de préparer les échéances importantes à venir et s’associera à celle qui sera organisée par la FNSEA, FNO, JA et APCA début juillet.

Plus d'articles...